La leucémie

Comprendre la leucémie

La leucémie est un cancer du sang qui affecte de très nombreuses façons les globules blancs. Chaque année, plus de 9000 personnes sont touchées en France. C’est sa forme chronique qui prévaut chez l’adulte et sa forme aigüe qui prédomine chez l’enfant. Chez l’enfant, c’est à la fois le cancer le plus fréquent et le plus guérissable.

La maladie se développe dans la moelle osseuse, qui est « l’usine à fabriquer le sang » et qui est présente dans tous nos os, à ne pas confondre avec la moelle épinière.
En temps normal, la moelle osseuse produit tous les jours des milliards de cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquettes). Une fois produits, tous ces composants du sang mâturent dans la moelle osseuse avant de migrer dans le sang.

Lors d’une leucémie, un dérèglement des ces cellules sanguines se produit, au niveau de leur ADN et de leur protéine. Au lieu de mûrir normalement, elles se divisent sans arrêt. Le nombre de ces cellules jeunes et incapables de remplir leur fonction immunitaire, devient très important et elles envahissent le sang et les autres organes. Elles empêchent alors la moelle osseuse de produire en quantité suffisante les globules rouges et les plaquettes.

Est-ce qu’on en guérit?

Les progrès en termes de guérison des leucémies ont été extraordinaires ces dernières décennies, particulièrement en ce qui concerne la guérison des enfants. 80% des enfants atteints peuvent être soignés aujourd’hui alors qu’il n’y avait pour eux quasi aucun espoir de guérison en 1960! Chez les adultes, ce chiffre est de 45%.

Deux types de traitements existent principalement :

  • La chimiothérapie

Elle élimine les cellules malignes et laisse seulement se reproduire les cellules normales. Actuellement, le traitement de la leucémie par chimiothérapie reste long et très toxique.

  • La greffe de la moelle osseuse

Cette opération consiste à “remplacer” la moelle osseuse malade par une moelle osseuse saine provenant d’une personne ayant les mêmes caractéristiques génétiques tissulaires.
Les chances de trouver un donneur parmi les frères et soeurs sont de 1 sur 4, et d’1 sur 1 million lorsque l’on cherche dans les différents fichiers mondiaux de donneurs volontaires.

Où en est la recherche?

De grands progrès, grâce aux avancées diagnostiques, pronostiques et thérapeutiques, ont été effectués concernant la prolongation de la survie et l’obtention de la guérison.

Afin de continuer à progresser, la recherche doit notamment focaliser ses efforts sur :

  • L’amélioration des connaissances et l’exploration du génome des leucémies aiguës pour permettre une orientation thérapeutique par une meilleure adaptation des traitements en fonction des données biologiques du patient. Se concentrer également et surtout sur l’amélioration des résultats dans le contexte des leucémies aiguës de mauvais pronostic qui concerne une partie des sujets jeunes et la majorité des sujets âgés de plus de 60 ans. Cette amélioration des données pourrait aller jusqu’au traitement personnalisé et dans le futur, imaginer la possibilité de prélever des cellules leucémiques chez des patients et de les cultiver au laboratoire avec les différents agents thérapeutiques à notre disposition afin de déterminer la sensibilité des cellules aux molécules et ainsi de déterminer le traitement le plus adapté.
  • La progression de la performance de la détection de la maladie résiduelle et de la modulation thérapeutique en cas de maladie résiduelle positive. De même, il serait important de développer des programmes de thérapie cellulaire dans le domaine de la lutte anti-leucémique et de la lutte anti-infectieuse (infections virales après greffe, par exemple).
  • L’amélioration des soins de support qui ont déjà très nettement progressé, mais qui nécessitent encore des efforts pour améliorer la qualité de vie des patients dans le domaine de la tolérance de la chimiothérapie, de la gestion des effets secondaires et des complications de l’allogreffe.

Un des premiers articles sur la leucémie

Notes on a case of leucocythaemia
 
Pour aller plus loin: Interview du Pr Michallet, Service d’Hématologie du Centre Hospitalier de Lyon-Sud, Présidente du Conseil Scientifique et Médical de l’association Cent pour Sang la Vie, au sujet de la recherche médicale d’aujourd’hui